FAQ

9 articles

  1. Quel est le taux minimal des pénalités en cas de retard de paiement ?

    En cas de retard de paiement entre professionnels, le taux des pénalités de retard ne peut être inférieur à trois fois le taux de l’intérêt légal en vigueur, soit 2,61 % (0,87 x 3) pour le 2e semestre 2019.
    L’assiette de calcul des pénalités de retard est le montant TTC dû par l’acheteur et inscrit sur la facture.
    La formule de calcul des pénalités est la suivante :
    Pénalités de retard = [ (taux) × montant TTC] × [nombre de jours de retard / 365]
    Référence : Arrêté du 26 juin 2019, JO 27 juin 2019 (...)

    Lire la suite

  2. Faut-il passer à la facturation dématérialisée avec le secteur public ?

    À compter du 1er janvier 2020, la transmission des factures sous forme dématérialisée sur le portail Chorus Pro devient obligatoire pour les très petites entreprises (moins de 10 salariés) fournisseurs du secteur public (État, collectivités locales, hôpitaux, établissements publics, etc.).
    Un courriel de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFP) est arrivé courant octobre 2019 dans les boites mail d’un grand nombre d’artistes-auteurs. Il ne s’agit pas d’une arnaque ou d’une fake news, mais (...)

    Lire la suite

  3. Quelles règles de refacturation des frais à ses diffuseurs ou clients ? Quel taux de TVA applicable ?

    Les notes de frais sont considérées comme des « frais accessoires » à l’activité conformément à l’article 267 Alinéa 2 du code général des impôts. Les frais doivent être soumis au même taux de TVA que le montant de l’opération à laquelle ils se rattachent. La note de frais fait partie intégrante du montant de la prestation que vous effectuez pour votre diffuseur ou client.
    Exemple : facture pour une cession de droits d’auteur à 500€ HT (TVA à 10%, 550€ TTC) avec frais de déplacement et de repas. Billet de (...)

    Lire la suite

  4. Quelle différence entre débours et refacturation de frais ?

    Les refacturations de frais et les débours ne doivent pas être confondus. De leur qualification dépend la soumission ou non des opérations à la TVA, à l’impôt et aux cotisations sociales.
    Les débours s’entendent de sommes avancées par un artiste-auteur, au nom et pour le compte de son client ou diffuseur. Vous réglez l’achat mais la facture est établie au nom de votre client ou diffuseur. C‘est lui le cas échéant qui récupérera la TVA. Les débours doivent faire l’objet d’un remboursement au centime près. (...)

    Lire la suite

  5. En micro-BNC, quelles sont les sommes perçues qui ne doivent pas être incluses dans les recettes à déclarer ?

    Vous devez exclure de vos recettes de micro-BNC les rétrocessions d’honoraires, les débours et les plus-values de cession des éléments de l’actif.
    Les sommes qui doivent être exclues du montant des recettes du micro-BNC sont : Les rétrocessions de recettes ou d’honoraires, ce sont les sommes reversées par un artiste-auteur à un autre artiste-auteur, de sa propre initiative et dans le cadre d’une collaboration. Cela peut concerner, par exemple, les co-auteurs d’une œuvre. les débours qui correspondent (...)

    Lire la suite